AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : seigneur de l'île de Cordouanelle (Arcadia)
Allégeance : sa famille & à la famille Andores

Message [FB] Un Fief pour Madame Première (ac. Élisabeth de Kérizel) ♦ écrit Lun 20 Aoû - 23:35


Un Fief pour Madame Première

Le seigneur et le vassal sont tenus reciproquement s'entre-communiquer, de bonne foi, leurs aveus, denombremens et autres lettres ; ou s'en purger par serment  — Antoine Loisel

E5 - 20, Mois 9, Semaine 4, Jour 4


La semaine dernière, c'était l'anniversaire d'Adélaïde. Lors de cette occasion, j'avais choisis de la faire dame de la ville de Finefleur, l'une des plus belles villes de Courdouanelle, comme son territoire. Je voulais la donner à Élisabeth, mais je penses que l'orgueil de sa sœur lui en aurait fait voir des vertes & des pas mûres. Alors la dame avait Carpidie, qui était une province aussi florissante par ses mines & son agriculture, dans nos terres. (Cela changeait de Finefleur qui était plus spécialisée dans la dentelle.)  Le jour était venu. Une parole était une parole.
Et je tenais la mienne avec grand plaisir ce jour. J'étais un peu ému : pour moi, c'était une étape de plus dans l'indépendance de ma petite fille. Elle restait ma vassale avec ce titre qui était dormant, du fait de déshérence & que j'avais ressuscité pour elle. Elle avait pour chef-lieu Niame, dont le beau château avait un potager des plus remarquable, comme au temps de ses propriétaires (il y a quarante ans) car une association bourgeoise au village avait prit soin de tout cela.
Dans la grande salle, devant toute la cour debout, j'étais devant mon trône. L'orchestre sur le côté, entama les notes de notre chant régional : Hymne à la Liberté. On ouvrit les portes du fond, pour laisser entrer Madame Élisabeth, qui avait revêtu sous vêtement de cérémonie, comme sa fratrie & moi-même. Quand elle arriverait, face à moi, en me ferait une révérence, puis la musique s'arrêtera. Ça y est, ont pouvait commencer. Je pris la parole, m'adressant à elle : « — Nous, Guillaume, seigneur de Cordouanelle, salut. Madame Élisabeth, fille de Cordouanelle, cette cérémonie va faire de vous propriétaire d'une terre de après vous être lié à Nous, Guillaume, par les liens vassaliques. » Un valet me tendit un texte, qu'il tenait dans les mains : « — Répétez après moi : “Moi, Élisabeth de Kérizel, prête allégeance à Guillaume, seigneur de Kérizel. Je lui dois aide, assistance, hommage & conseil. Je ne pourrais enfreindre ce serment, ou aller à son encontre. Si cependant j'osais, je serais punie selon la décision de mon seigneur. »



EDIT. Je me suis apercus être passé à la 3° personne durant le rp donc j'ai modifié pour tout mettre à la 1°. ^_^


Dernière édition par Guillaume de Kérizel le Mer 29 Aoû - 19:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ac : Anna Popplewell
Messages : 32
Date d'inscription : 19/08/2018

Message [FB] Un Fief pour Madame Première (ac. Élisabeth de Kérizel) ♦ écrit Mer 22 Aoû - 12:05
Un fief pour Madame Première
Guillaume & Elisabeth

   

”Madame Elisabeth, vos cheveux ! Venez !”
”Ma Nourrice, regardez la robe de Thérèse, ça ne va pas du tout !”
”Je m’en occupe, mais d’abord, laissez-moi vous coiffer. C’est vous qui êtes au centre de l’attention aujourd’hui. Vous devez être parfaite.”

Sur ces paroles sages, je me décidais enfin à déposer Marie dans son berceau, à lâcher la robe de Thérèse qui comportait déjà quelques tâches de je ne sais quelle saleté, et à m’installer devant la coiffeuse. Comme j’étais fière de recevoir, aujourd’hui, un territoire ! Je serai Dame de Carpidie, après discussion avec mon père. Au départ, il aurait voulu que j’aie Finefleur, mais j’avais bien compris que la jalousie d’Adélaïde et surtout, son orgueil démesuré, risquait d’être plus pénible qu’être Dame d’une des provinces les plus florissantes de Courdouanelle. Je ne vais pas dire que j’ai une passion particulière pour les mines ou pour l’agriculture, mais je savais que, pour le bien de notre famille, je devais simplement accepter ce petit compromis, qui, à mes yeux, n’en était pas vraiment un. C’était surtout pour mon père que le choix avait été plus difficile, lui qui aurait aimé offrir à sa première née la ville qu’il trouvait la plus belle de Courdouanelle.

Mes boucles parfaitement arrangées, mon habit de cérémonie enfilé, je ressentis en moi une grande fierté en me regardant dans le miroir. Bientôt, je serai une femme, je le savais. Mon père ne tarderait pas à me parler de mariage, je m'en doutais puisque j'avais déjà vingt-trois ans. Et dire qu’à mon âge, mon père était déjà parent de trois de ses enfants ! Je posais un regard doux sur le berceau de Marie, et je m’en approchais:

”Madame Elisabeth, je vais m’en occuper, il ne faut pas vous salir.”

Je savais que ma nourrice avait raison, et je fis simplement un baiser sur le front de Madame Dernière, décidant d’aller voir si mes autres frères et soeurs étaient prêts.

”Ma nourrice, n’oubliez pas de changer la robe de Thérèse. Je vais voir où en sont les autres.”

Après m’être assuré que tout le monde était bien à l’heure, et que mes frères et soeurs ne se feraient pas remarquer par leur retard, je me posais quelques minutes dans ma chambre, me recueillant pour penser à ma douce mère, partie quelques mois plus tôt … Trop tôt à vrai dire … Si elle avait eu le temps de m’inculquer les valeurs et les responsabilités incombant à une femme de la haute noblesse, je me demandais comment les plus jeunes allaient s’en sortir. Bien sûr, j’allais devoir leur enseigner comment se tenir, mais j’avais une peur réelle de ne pas être à la hauteur. Ma mère avait été une femme formidable, dont la douceur n’altérait pas les exigences qu’elle avait pour vous.

”Madame Elisabeth, la cérémonie va commencer.”

Me tenant derrière les portes fermées, j’adresse un signe de la tête au serviteur qui va les ouvrir. J’aperçois alors mon père, un sourire léger sur les lèvres, qui me fait lui aussi sourire à mon tour. Puis je m’avance. Doucement. Majestueusement. Pas après pas, je conquis l’allée centrale comme le font constamment les Kérizel. Je sais comment marcher. Je sais comment me tenir. Je n’avance ni trop lentement, ni trop rapidement, sur le rythme de la musique. La tête haute, je n’adresse pas un regard aux personnes autour de nous. Je m’avance simplement vers mon père, puis, m’arrêtant pile devant lui, je fis une révérence, parfaite comme je savais les faire.

La voix de mon père résonna alors. Son charisme était tel que toutes les oreilles étaient attentives aux paroles de Guy le bien-aimé. Comme je l’admirais ! J’espérais avoir un mari qui aurait, lui-aussi, autant de prestance que mon cher père. Je me mis alors à répéter simplement les paroles que j’avais déjà entendus lors de l’investitude d’Adélaïde comme Dame de Finefleur.

“Moi, Élisabeth de Kérizel, prête allégeance à Guillaume, seigneur de Kérizel. Je lui dois aide, assistance, hommage & conseil. Je ne pourrais enfreindre ce serment, ou aller à son encontre. Si cependant j'osais, je serais punie selon la décision de mon seigneur.”

Ces paroles pourraient sembler barbares pour toute personne non habituée à notre monde, mais cela était tellement naturel. Mon père était, sans aucun doute possible, la personne envers lequel j’avais le plus de respect, et je savais qu’il faisait ce qu’il y avait de mieux pour ses sujets et pour sa famille. C’est pourquoi c’est sans sourciller que je lui faisais une confiance aveugle, répétant ses paroles, fière de ce qui était en train de m’arriver.



   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : seigneur de l'île de Cordouanelle (Arcadia)
Allégeance : sa famille & à la famille Andores

Message [FB] Un Fief pour Madame Première (ac. Élisabeth de Kérizel) ♦ écrit Mer 29 Aoû - 19:38


Un Fief pour Madame Première

Le seigneur et le vassal sont tenus reciproquement s'entre-communiquer, de bonne foi, leurs aveus, denombremens et autres lettres ; ou s'en purger par serment  — Antoine Loisel

E5 - 20, Mois 9, Semaine 4, Jour 4


Je me permettais d’examiner sa toilette d’aujourd’hui, qui était fort agréable à regarder, & je suppose à porter, puisqu’elle n’avait pas l’air de l’alourdir. Ses cheveux bruns étaient fièrement brillants depuis leur naissance & son visage gracieux semblait afficher la Joie. Elle s'agenouilla, & d'une voix décidée, elle déclama sur un ton naturel & grandiose qu'elle accepta de me prêter allégeance & soumission, en se trouvant fieffée. Je pris mon épée de cérémonie, qui était posée sur un coussin, pour la poser sur chaque épaule de Babette : « — Élisabeth de Kérizel, vous acceptez dorénavant le titre de dame de Carpidie, avec tout l'honneur & toute la fierté qui sied à une femme. Vous devrez assumer une semblable attitude que vos précédés dans ce titre. Relevez-vous, dorénavant. »
Reposant l'épée, je prenais une écharpe bleue sur un énième coussin, que je lui passais autour du cou : « — Vous revêtez maintenant l'écharpe des seigneurs & des dames de Carpidie… Je prenais un macaron bordé d'argent, où son centre était un écusson ; je l'accrochais à sa robe : « … Ainsi que la médaille des Kérizel de Carpidie, car ainsi est le nom de la branche que vous représentez. Votre écu se blasonne ainsi : “au premier d'azur au château de sable à trois tours sur une mer d'argent et d'azur ; au deuxième, écartelé au deux d'argent aux lions rampants de gueule en 2 & 1, & au quatre d'azur à trois fleurs de lys en 2 & 1. »
Sous les applaudissements des gens, notre aînée était investit. Descendant les marches de mon trône, je venais la baiser sur le front & de m'adresser aux autres : « Après dîner, je vous propose une partie de paume ! Que ces messieurs qui veulent participer viennent s'inscrire peu avant le tournois, le temps de préparer les rencontres ! »


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Message [FB] Un Fief pour Madame Première (ac. Élisabeth de Kérizel) ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
[FB] Un Fief pour Madame Première (ac. Élisabeth de Kérizel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» De l'alcool pour oublier première idée... PV Baban'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihilium :: Nihilium :: Arcadia :: Île de Cordouanelle-
Sauter vers: