AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Teriel Argemor
ft : Rudolf Martin
Messages : 106
Date d'inscription : 19/06/2018
Loué les rois : Tenax  et Fidelis
Surnom : L'Ombrageux
Mariage : Veuf
Age : 68 ans
Métier/Titres : Commandant de la Garde du Grand Prêtre de Mildril
Allégeance : Maison Arandr

Message Une course contre la Mort (pv Daegan) ♦ écrit Mar 10 Juil - 0:05
 
Le Mal de Gothfrid.
Tome 1, Chapitre 1


E5-20, Mois 11, Semaine 5, Jour 3.

Teriel n'était encore jamais venu dans la Capitale d'Halgaran, centre du pouvoir des Torciel. Il avait passé la grande porte de la Cité sans chercher vraiment à cacher sa venue. Pourquoi l'aurait-il fait ? S'il avait une réputation en Mildril, particulièrement à Solasar, et un grande renommée en Dealanis Teante, ici, sur ce continent peuplé essentiellement d'Humains, il n'était qu'un Elfe étrange à la peau pâle mais aux cheveux sombres à la différence des Elfes les plus connus qui avaient une pilosité plutôt claire, dont les oreilles étaient moins grandes et pointues que celles habituellement observées chez ses semblables. Le Commandant aurait aisément pu les cacher sous sa longue et soyeuse chevelure. Mais tout au contraire, il se faisait une fierté arrogante de les exhiber, ayant pris soin de remonté ses longs cheveux en un élégant catogan, les réunissant sur le sommet de son crâne.

Vêtu d'un long manteau vert sombre taillé dans une étoffe soyeuse, rehaussé de liserés et festons de fils d'argents, dont les pans couvraient ses chausses de daim sombres, son carquois sur l'épaule droite et son sabre elfique derrière l'omoplate gauche, il s'avançait dans la foule bigarrée, tandis que Port Royal dévoilait sa grandeur et ses palais de pierre sous les yeux curieux mais peu impressionnables du jeune officier. Il avait fière allure, sa coiffure mettant en valeur sa mâchoire volontaire et son nez droit, ses yeux légèrement en amande. La pâleur de sa peau soulignant l'éclat de son regard sombre et le pli légèrement dédaigneux au coin des lèvres suscitaient d'abord admiration et convoitise chez les jouvencelles ou les petites marchandes en train s'installer leurs étales. Mais très vite la défiance reprenait le dessus lorsque certaines pointes étaient repérées et pour celles que cela ne rebutait pas, il y avait toujours un père ou un frère ou un mari pour les arracher à leur contemplation.

Chevauchant Talas son fier destrier aussi noir qu'une nuit sans étoile, Teriel s'en amusait intérieurement mais ne laissait rien paraître. Il se tenait droit, les rênes dans la main gauche et l'autre posée sur sa cuisse, louvoyant entre les badauds qui encombraient la petite rue menant à l'Auberge de la Vouivre. Ce nom le faisait sourire, car pour ces Humains amputés de bien des sens, ces créatures n'étaient que des légendes. Lui, savait bien qu'elles avaient existé et que peut-être dans les confins de la Forêt d'Isr elles existaient encore. C'était de vieilles histoires oubliées par la multitude. Mais lui les avaient entendues et réentendues des centaines de fois avec la même fascination, contées par le Sage et plus ancien membre du Conseil de Mildril, celui que Loren consultait parfois pour dénouer une situation compliquée.

Il s'arrêta devant un estaminet arborant un étendard sur lequel était peinte une sorte de sirène ailée avec une escarboucle sur le front. Ce qu'il remarqua surtout c'est qu'elle avait une paire de seins rebondis plus propres à exciter les soldats qui fréquentaient la taverne qu'à effrayer les enfants. Il mit pied à terre et un commis vint prendre la bride de Talas pour le mener sous un appentis où patientaient quelques uns de ses congénères. Sitôt qu'il eut retiré ses gants, une humaine gironde dont le tour de poitrine rivalisait avec celui de la Vouivre s'avança vers lui en minaudant.

- Mon Seigneur a l'air de venir de loin. Veut-il se délasser d'un long voyage dans un bon lit ?

Teriel fronça d'abord les sourcils, puis, étonnamment, il sourit en sortant une petite bourse de sous son manteau. Penchant sa haute stature sur la jeune donzelle, il  la lui tendit et lui murmura à l'oreille d'une voix grave:

- Peut-être bien. Après m'être restauré. En attendant, gente damoiselle, auriez-vous la bonté de surveiller mon cheval et de venir m'avertir si des hommes d'armes arrivent en nombre devant cet établissement ?


Puis, sans plus de cérémonie, il la planta là, pantoise, la bourse dans la main et se dirigea vers la porte voûtée de l'Auberge . Une fois le seuil franchi et le tavernier salué, il avisa une table un peu à l'écart, au fond de la pièce et s'y dirigea. Après s'être assis, il regarda sous un autre angle tous les clients qu'il avait jaugés en entrant, par un coup d’œil circulaire. Il avait déjà repéré les potentiels mauvais coucheurs qui avaient trop éclusé de bon matin, pour tenir encore des propos mesurés le soir. De possibles complications qu'il faudrait éviter, car il ne venait pas pour se battre mais pour éviter que tout le monde finisse par le faire. Autant il ne rechignait pas à rendre un coup, autant cette fois, il devrait s'armer de patience.

C'est alors qu'il repéra l'homme qui le fixait avec plus d'insistance que les autres. Il est vrai qu'à ce rendez-vous, il était plus facile à Daegan de l'identifier que le contraire. Par le fait, l'Elfe n'avait jamais croisé le Chevalier du Roy, même s'il avait appris que cet homme avait escorté un des leurs de la cour royale jusqu'en Mildril. Apparemment, il était tenu en haute estime par Gothfrid et Loren lui-même avait eu assez confiance en lui pour accepter qu'il escorte un de ses sujets parti en mission diplomatique à Port Royal, sur le chemin du retour. Deux points qui faisaient de Daegan l'homme idéal pour son dessein. Mais arriverait-il à le convaincre ? C'était déjà miracle que le Chevalier soit venu au rendez-vous, convié par une si mystérieuse missive disant laconiquement:  

"Nous devons parler de la mort: je serai à l'Auberge de la Vouivre le mesdiri 28 kalain".

Un Elfe qui vous veut du bien."

Teriel y était le jour dit et apparemment, si Daegan était bien cet homme barbu qui s'avançait, son rendez-vous ne lui avait pas fait faux bond.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une course contre la Mort (pv Daegan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La course contre la mort
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» [Jour VII] L'Avatar est mort !
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihilium :: Nihilium :: Halgaran :: Port-Royal-
Sauter vers: