AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 03/06/2018
Age : Dallae - Mildril
Métier/Titres : Dame de Mildril

Message [FB] Ombre et Lumière ¤ pv Teriel Argemor ♦ écrit Mar 26 Juin - 14:10
 
Ombre et Lumière


E-18, Mois 9, Semaine 2, Jour 1.

Gallana et Loren avançaient vers la salle du trône. Ils finissaient de donner quelques directives à des gardes et à certains conseillers avant la grande entrevue prévue le matin même. Quelques jours auparavant, ils avaient reçu un messager venant d'une de leur maison vassale, demandant une audience. Aucune raison n'était précisée mais Loren et Gallana acceptèrent tout de même. Il en était de leur devoir.

-Les Argemor ne devraient plus tarder, prévient Loren.

Gallana hocha la tête et se dirigea vers son trône pour s'y asseoir. Elle était songeuse. Elle avait entendu des choses au sujet de leurs invités et cela la troublait. N'ayant jamais rencontré ni l'un ni l'autre, les rumeurs et ragots étaient la seule chose qu'elle savait de ces deux hommes qu'elle allait bientôt rencontrer. Elle était heureuse que Loren soit là aujourd'hui, avec elle. Il connaissait Mortis Argemor depuis longtemps. Cela facilitait les choses pour Gallana.

-Est-ce vrai ce que l'on dit sur Teriel Argemor ?
demanda-t-elle à Loren, se doutant qu'elle ne pourrait pas poser la question à l’intéressé même, sous peine de paraître cruelle et totalement déplacée.

-Ce que l'on dit... ?
Commanca Loren. Ah, reprit-il, comprenant de quoi Gallana parlait.

Le visage de Loren se ferma et il se rapprocha de sa femme. Il savait combien la mort d'un être cher et le deuil pouvaient affecter Gallana. Il l'avait connue à la perte de ses parents. Elle semblait inconsolable, il avait même cru qu'elle en mourrait. Cependant, même si aujourd'hui Gallana semblait la plus heureuse du monde, cette douleur n'était pas partie. Il la voyait parfois sur le visage de sa femme. Cela l'inquiétait beaucoup à chaque fois mais il n'en disait rien, se contentant de scruter le visage de Gallana, cherchant un signe que tout irait bien.

-Oui,
reprit-il. C'est la vérité. Il a perdu sa femme... expliqua-t-il doucement. Elle est tombée malade et rien ni personne n'a pu la soigner.

Sans même connaître cet elfe, elle compatissait déjà avec lui. Elle-même n'osait imaginer ce qu'il adviendrait d'elle si Loren venait à mourir. Même chose pour Irilis.
Cela éveilla en elle une curiosité. Elle était impatiente de le rencontrer mais effrayée en même temps. Comment était-il ? Avait-il surmonté sa douleur ? Aimait-il de nouveau la vie lui aussi ? Ou bien n'était-il plus que l'ombre de lui-même, forcé d'honorer la volonté de son père ?
Beaucoup trop de questions assaillaient Gallana mais elle n'eut pas le temps d'y penser plus.

Un garde s'approcha, fit une révérence et prévint que les invités étaient là. Gallana se ressaisi rapidement, afficha son plus joli sourire, bien droite aux cotés de son époux et attendit. Tandis que les grandes portes s'ouvraient, un garde annonça haut et fort :

-Lord Mortis Argemor et son fils Teriel Argemor.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Teriel Argemor
ft : Rudolf Martin
Messages : 106
Date d'inscription : 19/06/2018
Loué les rois : Tenax  et Fidelis
Surnom : L'Ombrageux
Mariage : Veuf
Age : 68 ans
Métier/Titres : Commandant de la Garde du Grand Prêtre de Mildril
Allégeance : Maison Arandr

Message [FB] Ombre et Lumière ¤ pv Teriel Argemor ♦ écrit Mer 27 Juin - 22:52
 
Ombre et Lumière


E-18, Mois 9, Semaine 2, Jour 1.

D'abord, vint la rage. Liée au sentiment d'impuissance qui peut submerger un être face à une injustice telle que la mort d'un être aimé, d'autant plus quand il est jeune et en pleine santé. Rien ne peut vous y préparer. Elle submergea Teriel, d'autant plus facilement qu'il était, à l'époque des événements, de nature arrogante. Son statut de bâtard, dont il n'ignorait rien, au lieu de le submerger de honte, comme il est de coutume, lui tirait une secrète fierté. Secrète, parce que ce détail n'était connu que d'un seul être vivant: Mortis Argemor et sa défunte épouse qui avaient tenu lieu de père et mère pour Teriel. Cette funeste prédestination, quoique moins lourde au sein du peuple elfique que parmi les Humains, moins enclins à voir au mérite qu'à la naissance, aurait dû le rendre humble et discret.

La commune valeur ne s'appliqua que pour moitié. Il fût discret, mais humble point. Du moins pas dans le sens où les Nobles Humains l'entendent, où les précepteurs soucieux de ne pas être sanctionnés le désirent. Teriel avait anéanti la patience des uns comme des autres. Brillant élève mais redouté par ses précepteurs car il faisait montre d'un savoir assez étonnant pour son jeune âge, et assez insolent à la Cour de Dallae pour mettre en inconfort les percepts anciens de la Noblesse Elfique qu'il estimait de plus en plus s'aligner sur celle des Humains et donc se dévoyer.

Car s'il passait pour un rebelle le plus souvent, Teriel était en fait un fervent défenseur des valeurs fondamentales de la société elfique. Ainsi, il avait provoqué le déplaisir de sa famille en épousant une Elfe d'extraction modeste. Pourtant c'était inscrit dans les Lois Elfiques. La Noblesse pouvait se gagner par la valeur des actes. Adeïna était roturière mais sa famille avait la noblesse du cœur depuis des générations, un héritage bien plus précieux, issu de la Nature : le don de guérir et de soulager les maux des êtres vivants. Animaux, Humains, Elfes et végétaux trouvaient un cœur attentif de génération en génération dans la famille Fenuir. Mais Adeïna avait quelque chose qu'aucun de ses ancêtres ne possédait. Un don avec la magie. Non pas sa pratique, mais sa détection. Elle sentait sa présence dans certains de ses patients et pouvait parfois déverrouiller leurs dons.

Elle échoua pourtant en ce qui concernait son époux. C'est cette aura qui avait attirée tout d'abord la guérisseuse, celle de la magie, terriblement puissante qui sommeillait en Teriel, ce Haut Elfe qu'elle voyait passer le matin devant son échoppe. Elle en avait été tellement bouleversée qu'elle avait mis plus d'un an à l'aborder. La circonstance lui avait été offerte lorsque le cheval du noble héritier d'Argemor avait révélé une boiterie juste devant son éventaire. Elle avait bien sûr soulagé sans difficulté l'animal et les regards passionnés s'étaient croisés pour ne plus jamais se détacher l'un de l'autre sans se languir.  

De ce jour, Teriel provoqua plus d'une crise de désespoir chez les Elfes de noble naissance en âge d'être mariées, mais plus encore une désapprobation silencieuse parmi les Hautes Elfes qui le convoitaient comme époux. Teriel, oubliant son caractère hautain au contact d'Adeïna, ne méprisa pas ces manifestations. Il prit soin de prendre congé avec bienveillance de chaque prétendante.

Malgré les annonces et mises en garde de son épouse, Teriel refusait de croire que la magie s'adressait à lui plus qu'à un autre. La magie est partout, dans la nature et en chaque Elfe. Même en ces Hommes impurs. Simplement, eux l'ont oublié." se plaisait-il à dire. Adeïna avait alors compris ce qui dévorait son âme sœur et que son humilité résidait dans ces quelques mots. Il reniait sa magie non parce qu'il ne la ressentait pas, mais parce qu'il ne s'en sentait pas digne.

Mais bientôt un autre sujet vint occuper les conversations du jeune couple. La vie grandissait en secret, à l'abri dans le ventre de la douce guérisseuse et bien entendu, elle le sentait déjà, la magie de son père habitait ce petit être. Mortis fut attendri par l'annonce privée de cette vie à venir. Lui qui avait pris ombrage de ce qu'il voyait comme mésalliance, se radoucit en prenant conscience de l'influence apaisante que sa bru avait sur son fils adoptif. Un enfant, un héritier pour la Maison Argemor. Les Enfants étaient sacrés pour les Elfes, moins prolifiques que les Humains. Mais chez les Elfes Noirs, ils étaient l'essence de la Communauté, un trésor qu'ils étaient prêts à défendre au prix même de leur âme.

Puis l'ombre s'abattit sur la Maison Argemor. Une malédiction qui semblait revenir de génération en génération, frapper toutes les femmes parturientes des Seigneurs d'Argemor. C'est ce qui vint à se dire, la sœur de Mortis, Esmée ayant perdu la vie en la donnant, d'ailleurs l'enfant avait disparu lui-même dévoré par les loups de la forêt . Puis sa propre femme avait perdu leur aîné en couches. Et à présent, c'était l'épouse de l'héritier d'Argemor qui se mourrait.

Teriel n'y put rien. Il eut beau prononcer toutes les imprécations et tenter d'invoquer la supposée magie que son aimée lui prêtait. Rien n'enraya sa lente agonie. Après des mois de souffrance, elle s'éteignit dans ses bras, le laissant désespéré et brisé. Son oncle le vit passer de cette rage brutale et destructrice au plus sombre désespoir. Le chaos faisait son œuvre et ravageait cette âme déchirée, exerçant finalement ses pulsions destructrices contre lui-même. Mortis savait ce qui allait se produire. Point besoin de magie pour cela. On retrouverait son Héritier écrasé au pied d'une falaise ou criblé de flèches ennemies ou à moitié dévoré  par les Hommes Sauvages ou un Dragon tant les défis que Teriel se donnaient à lui-même étaient absurdes et suicidaires.

Quitte à le voir risquer sa vie, autant lui imposer ce qui était la tradition. Teriel avait un grand respect pour les traditions. Celle-ci était un peu inspirée de celle des Humains, mais elle lui plairait peut-être. Chaque Puiné devait servir son Suzerain. Mortis ayant perdu son premier fils à la naissance, Teriel était le second officiellement et aux yeux de tous. Le Seigneur d'Argemor avait alors conçu l'idée de le proposer au service de la Maison Arandr, le vieux Commandant de la Garde de l'Ordre de Nihis qui remplissait cet office venant de mourir à l'âge vénérable de 186 ans.

C'est ainsi qu'ils se présentèrent aux portes du Palais de Dallae, pour une audience devant le couple Suzerain. Loren et Gallana offraient une grande sollicitude en les recevant aussi rapidement, à la demande de Mortis qui n'était finalement qu'un Seigneur mineur à la cour. Mais la Maison Argemor fournissait les meilleurs guerriers et archers de Mildril, et Loren, même pacifiste dans l'âme, était attaché à la sécurité de sa femme et de sa fille.

Tandis que les grandes portes s'ouvraient, un garde annonça haut et fort :

-Lord Mortis Argemor et son fils Teriel Argemor.


Teriel se tenait à côté de Mortis, qui n'était pas très à l'aise. Visiblement son fils avait passé la nuit à hanter les tavernes et empestait l'alcool, ce qui pour un Elfe était un signe de faiblesse affligeant et totalement dégradant pour un Haut Elfe. L'Héritier d'Argemor arborait une mine sombre et un visage fermé en franchissant la porte et s'avança avec son père, Mortis, au pied des deux trônes. Ce dernier donna un coup de coude discret à son rejeton pour qu'il s'agenouille devant leurs Suzerains.

-  Altesse, la Maison Argemor est infiniment honorée de se tenir devant vous pour vous présenter ses hommages. Mon fils et moi même sommes reconnaissants de la faveur que vous nous accordez et espérons nous en montrer dignes.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[FB] Ombre et Lumière ¤ pv Teriel Argemor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fin printemps 1187 - Spectacle Ombre et Lumière
» Appel aux fans de B.D
» [TopSites des Chimères] Ombre et Lumière
» Ombre et Lumière
» Ombre et lumière...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihilium :: Nihilium :: Mildril :: Dallae-
Sauter vers: