AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

MJ
Messages : 191
Date d'inscription : 29/05/2018
Allégeance : Les Anmas vous regardent.

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Mar 26 Juin - 13:03
⌂ PNJ - Mirak Andores
E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4,
Alcantra.

Mirak tapotait nerveusement ses doigts contre son bureau. La mine fermée comme toujours, il regardait d’un air désintéressé la porte, attendant le bon moment pour la franchir. Il avait passé sa matinée à sillonner les couloirs du Palais Griffon, les bras verrouillés dans son dos, les mains jointes et la nuque raide. Sur son passage, tous les serviteurs s’éclipsaient ; ils savaient bien dans quelle colère il pouvait se mettre quand il arborait pareille expression. Agacé par les intrusions étrangères sur son territoire, il ne tolérait aucun écart de conduite de la part de quiconque et ne demandait qu’un peu de tranquillité – mais un seigneur important venait à Alcantra ce jour-ci. Et il ne pouvait envoyer personne d’autre négocier à sa place.

Il relut une fois de plus la missive de Gallana, à laquelle il avait répondu de façon menaçante – personne n’insultait les Andores. Comment pouvait-elle être si crédule ? Penser que lui, le grand Mirak Andores, accéderait à une telle demande. Nul ne l’insultait ainsi. Nul n’insultait les Arcans, et nul ne les envahissait.

Tous avaient les même mots à la bouche – le Roi est malade. Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Gothfrid était trop bon pour être Roi, et pas assez sage. Le Pacificateur, c’était ainsi que tous ces abrutis l’appelaient. Ils ne semblaient pas se rendre compte que celui ayant permis de maintenir la paix était Loren Arandr, et non Gothfrid. Peut-être était-il temps pour lui de s’éteindre. Que pouvait-on faire face au destin ?

On toqua à sa porte. Il intima qu’on entre. L’un de ses serviteurs entra timidement – il tremblait comme une feuille, manquant d’arracher un sourire moqueur au seigneur d’Arcadia.

Messire, lord Kérizel est ici.
Bien.

Se levant, Mirak quitta la pièce, refermant soigneusement son bureau à clés. Il se rendit dans la grand salle, allant s’asseoir sur son trône. Fermant ses mains sur les pommeaux de l’imposant siège, il posa son éternel regard froid sur le bout de la salle.

Qu’il entre, grommela-t-il.

Il n’espérait qu’une chose : que lord Kérizel ne l’assomme pas avec la maladie du Roi. Il ne voulait plus la moindre fouille sur ses terres sans qu’il ne les dirige lui-même. Et il refusait que quiconque manque encore à son autorité.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihilium-rpg.forumactif.com

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : seigneur de l'île de Cordouanelle (Arcadia)
Allégeance : sa famille & à la famille Andores

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Dim 15 Juil - 19:46


Le remède pour le roi

La franchise est la meilleure des diplomaties, sans doute parce qu'elle ne fait pas de tort à l'autre. — Ivan Tourgueniev

E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4,Alcantra.

Je n'étais pas mécontent que le vieux accepte ma proposition pour que l'on parle ensembles. Je lui avait fait la requête de savoir si nous pouvions envisager un mariage (au mieux) entre nos deux familles. Je fais parti des familles les plus importantes du royaume, il est assez normal que nous ayons une porte ouverte pour pouvoir tenter des fiançailles avec son fils aîné. Je n'ai rencontré Symon qu'une ou deux fois, quand je venais mais je n'ai pas vraiment eut le temps de parler avec lui. Je sais que ce que je fais n'est que motivé par mes intérêts privés, que cela me fait mal de la : « vendre » mais Babette sait qu'elle ne peut échapper à son destin de fille de noble.

Et puis après tout, elle est résolue à se marier un jour, car c'est tout ce qu'une femme peut attendre dans sa vie : le mariage & les enfants. J'aurai voulu lui offrir un mariage d'amour, mais personne ne l'a jamais regardé dans l'attente de l'épouser. « Elle est passable, mais pas assez belle pour me tenter, d'ailleurs je ne suis pas homme à prendre soin des délaissées ; mais vous perdez votre temps avec moi, vous feriez mieux d'aller jouir des sourires gracieux de votre dame. » entendis-je un jour, à un bal au château, entre deux hommes de la moyenne noblesse, dont l'un d'eux se trouvait être Philippe de Range (que j'ai invité) & qui tourne autour de ma petite Netta, la : « dame » aux : « sourires gracieux » en question.

J'avais prit mon temps pour me divertir un peu par la lecture de livres sur la géographie ou les langues elfiques, qui sont deux matières qui ont mon intérêt. Je ne prévois pas de rencontrer la dame d'Alcantra, mais sait-on jamais, dans l'avenir… Mais au vue des relations entre notre pays & Midril, je ne penses pas que je vais améliorer de mon elfique de sitôt… Quand j'arrivais devant le château de Mirak, je tremblais un petit peu. Je tremblais encore quand on m'introduit dans la salle du trône. Je lui faisais la révérence trois fois avant d'arriver jusqu'à lui. « — Votre Altesse Sérénissime… Je suis honoré de vous rencontrer aujourd'hui, car je voudrais vous entretenir sur le mal de Sa Majesté, ainsi que sur des fiançailles entre ma fille, Madame Élisabeth, avec Monseigneur votre fils, Symon Andores. » Je restais aussi droit que je le pouvais, tentant de ne pas froisser les bords de mon chapeau pour cacher mon anxiété. « Si nous pouvions faire cela en privée… », ajoutais-je en regardant les gens restant dans la salle.



HRPG:
 


Dernière édition par Guillaume de Kérizel le Mer 22 Aoû - 22:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MJ
Messages : 191
Date d'inscription : 29/05/2018
Allégeance : Les Anmas vous regardent.

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Ven 20 Juil - 16:49
⌂ PNJ - Mirak Andores
E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4,
Alcantra.

Lord de Kérizel entra timidement dans la salle – tremblant comme une feuille. Mirak sourit intérieurement. Il ne pouvait s’empêcher d’apprécier la peur qu’il inspirait à tous. Même le Roi le craignait, au fond. Et tous le savaient. Et malgré la fierté qui était sienne, aucun sourire ne perça sa mine sombre et froide.
Morose, comme toujours, il accueillit lord Guillaume d’un simple hochement de tête.

Votre Altesse Sérénissime… Je suis honoré de vous rencontrer aujourd'hui, car je voudrais vous entretenir sur le mal de Sa Majesté, ainsi que sur des fiançailles entre ma fille, Madame Élisabeth, avec Monseigneur votre fils, Symon Andores. Si nous pouvions faire cela en privée…

Mirak se redressa jusqu’à se trouver dans le fond de son siège, arquant un sourcil. Dans la missive du seigneur, il n’avait jamais été question de fiançailles. Il se tut pourtant, jetant un regard sévère aux gens de sa cour qui n’avaient fait que se trouver auprès de leur seigneur, se heurtant à sa sévérité. Tête basse, ils disparurent rapidement. Dans un coin de la Grand Salle, Janelle regardait son fils, une lueur malicieuse dans le regard.
Elle disparut à son tour, sans un mot. Mirak reposa son regard sur Guillaume.

Allons dans mon bureau.

Sans un mot de plus, il entraîna d’un simple regard le seigneur à sa suite, allant vers son cabinet. Les mains jointes dans son dos, nuque raide, dos droit, il fit frémir sur son passage les quelques servants qui s’y trouvaient. Il ouvrit la porte de son cabinet et y entra le premier, allant s’asseoir derrière le large bureau et invitant d’un geste du menton lord Guillaume à s’asseoir face à lui.

Le Mal de Sa Majesté, grinça-t-il sinistrement. Je n’entends plus que ça depuis des jours. Continuez. Nous discuterons ensuite de nos enfants.

Le regard sévère et la mine fermée, il invita d’un geste du menton son vassal à continuer, prenant le pichet de vin posé sur son bureau pour en servir deux coupes, en poussant légèrement une vers Guillaume, sans jamais le quitter des yeux. Il n’était pas un vulgaire lion Torciel, il était un griffon Andores. Et il était persuadé que même le Roi des animaux ne rivaliserait jamais face aux serres acérées de la créature fantastique.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihilium-rpg.forumactif.com

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : seigneur de l'île de Cordouanelle (Arcadia)
Allégeance : sa famille & à la famille Andores

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Dim 22 Juil - 20:05


Le remède pour le roi

La franchise est la meilleure des diplomaties, sans doute parce qu'elle ne fait pas de tort à l'autre. — Ivan Tourgueniev

E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4, Alcantra.


S'il y a bien quelque chose qui est dans mon esprit, c'est la première fois que j'ai vu Mirak. Notre petite famille était composée de ma sœur, de mon père Guillaume Ier & de ma mère Béatrice-Philippe de Riviers. J'avais sept ans, quand je l'ai rencontré, pour la première fois, Mirak Main de fer. Nous accompagnions notre père pour son anniversaire & la Cour de son palais était très différente de la notre : tout était d'une ambiance solennelle, froide, sans réelle émotions que celles qui étaient de circonstance. Même ce monsieur Mirak, à ne point sourire, n'avait pas l'air de se réjouir. Est-ce qu'il intériorisait ? Je n'ai jamais voulu me pencher sur la question mais toujours est-il que moi & ma sœur nous étions jurés de ne pas nous laisser impressionner par lui. Mais nous nous trompions : moi, je tremblais légèrement & je gardais l'usage de la parole ainsi qu'un bon débit, pendant qu'elle restait droite & avait un ton froid mais saccadé.

Nous n'avons jamais changé notre comportement envers lui. Ce sentiment de mépris ou de crainte est toujours présent. A l'attention de ma demande, il a la gentillesse d'accepter que l'on ailles ensembles dans son bureau. Je regardais discrètement les domestiques qui étaient sur notre passage. Quand nous arrivions enfin, je n'étais pas mécontent de m’asseoir. Mon seigneur, toujours aussi gai, grommelait qu'il ne faisait qu'entendre parler du mal de notre roi. Quand je vis qu'il me servait une petite coupe d'alcool, je serrais les lèvres, ayant toujours refusé de boire cela, car j'en étais toujours dégoûté. Je ne boirais qu'une fois qu'il aurait lui-même but, comme cela, je ne manquerais pas à une quelconque Étiquette. Il m'encouragea à parler du roi. « — Oui, bien entendu, messire. Et je me disais que cela était une bonne occasion pour pouvoir prendre le pouvoir. »

Je m'étonnais moi-même de mon audace, si bien que je m'oubliais pour boire dans mon verre, avec un goût amer en bouche. « Excusez-moi, si je vous surprend. Mais il est de notoriété publique que vous n'avez pas Sa majesté dans votre cœur & qu'une union matrilinéaire est un signe que notre roi veut votre anéantissement. C'est vous ou lui, messire & notre fidélité plusieurs fois témoignée vous l'ai encore maintenant : les Kérizel vous ont toujours témoignés respect, fidélité & soumission & je ne vais pas déroger à cette tradition. Je marquais une pause. « J'ai reçu une missive au Sieur Henri d'Ambrola, qui est mon beau-frère & qui est allé s'enquérir personnellement de l'état de Sa Majesté : il a discuté avec plusieurs membres de la noblesse de la Cour qui lui ont assuré que le roi faisait quelques inhalations pour calmer les douleurs. Aussi, étant donné que nous avons les documents qui permettent de le sauver, nous pouvons toujours élaborer un plan pour faire passer le poison par ce moyen. » J'avais peut-être réussi à capter son attention. « Bien entendu, si cela ne vous convient point, Messire, je suis prêt à vous faire part d'autres moyens. Et si un plan a germé en votre esprit, je serais curieux de vous l'entendre dire. »



Dernière édition par Guillaume de Kérizel le Mer 22 Aoû - 22:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MJ
Messages : 191
Date d'inscription : 29/05/2018
Allégeance : Les Anmas vous regardent.

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Mer 25 Juil - 16:39
⌂ PNJ - Mirak Andores
E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4,
Alcantra.

Oui, bien entendu, messire. Et je me disais que cela était une bonne occasion pour pouvoir prendre le pouvoir.

Mirak haussa les sourcils, soudain très intéressé par les paroles de son vassal. Un sourire sombre tordit la commissure de ses lèvres, et il y porta sa coupe avec lenteur, son regard acéré sournoisement accroché à celui de son interlocuteur, comme le prédateur s’abreuvant de la crainte de sa proie avant de la tuer.

Lord Guillaume continua sans plus attendre, et la proposition parut des plus alléchantes aux yeux de l’inflexible seigneur. Il inclina la tête, soucieux d’en savoir plus. Maintenant que le lord de Cordouanelle avait commencé, il était trop tard pour s’arrêter. Par chance, il ne semblait pas désirer faire demi-tour. Il faisait là preuve d’une audace que Mirak ne lui connaissait pas, mais qu’il ne pouvait qu’apprécier. L’ambition était la source même de leur maisonnée, et Mirak comptait bien ne pas laisser s’arrêter là l’expansion politique des Andores.

Vous avez donc pensé à tout, considéra-t-il d’un ton monocorde.

Il hocha lentement la tête, réfléchissant aux solutions possibles. Les maisons Soleymon et Arandr s’étaient permis bien des choses, ayant notamment fouillé ses terres sans l’en avertir ni même demander son autorisation. Il était temps qu’il prenne les choses en main.

Qu’auriez-vous en tête, exactement ?

Il ne se lancerait pas dans une mission suicide. Il attendait de lord de Kérizel que celui-ci lui dévoile ses cartes afin qu’ils s’accordent dans leurs décisions.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihilium-rpg.forumactif.com

avatar

Guillaume de Kérizel
ac : Henri (Henry) Cavill
Messages : 192
Date d'inscription : 14/06/2018
Loué les rois :
Surnom : le Bien-Aîmé ; Guy
Mariage : veuf de sa femme Marie de Les Anges
Age : 38 ans
Métier/Titres : seigneur de l'île de Cordouanelle (Arcadia)
Allégeance : sa famille & à la famille Andores

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Mar 21 Aoû - 18:00


Le remède pour le roi

La franchise est la meilleure des diplomaties, sans doute parce qu'elle ne fait pas de tort à l'autre. — Ivan Tourgueniev

E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4, Alcantra.


Je ne reculerais devant rien. Je veux ce mariage pour Babette. Il faut que je sois le plus convaincant possible, ainsi que le plus habile. Il faut que je lui donne envie de se lancer dans cette expédition pour aller homicider le roi. Je n'étais pas spécialement pour, ne le connaissant que trop peu pour dire si c'est un bon homme ou non. Si le noir portrait que peint mon seigneur est vrai. Peut-être. Ou peut-être pas. Il n'est qu'un dommage collatéral à mon entreprise. Ma vie de père durant, je n'ai jamais cessé de penser à mes enfants. Cette idée de solidarité & de famille, je le leur ai transmit. Ne me jugez pas sévèrement, mes Dieux, je penses d'abord a assurer la sécurité de ma famille, les temps sont si difficiles. Et pour mon bonheur, Mirak veut en savoir plus.

« — Voici ce à quoi j'avais pensé : nous faisons croire que nous avons la potion, bien que les recherches soient restées infructueuses. J'embarquerais pour porter un faux remède à la Cour du roi — mais toujours en faisant croire que c'est un vrai —, mais ce remède va malencontreusement être volé & perdu dans la mer. Dans le même temps, nous demanderons par message codé à votre fille, dame Sibelle, de soudoyer un valet du roi qui apporte les inhalations, pour qu'il les empoisonnes. »

Je marquais une pause, reprenant mon souffle pour que tout soit clair & bien huilé. « Nous lui ferions parvenir le poison, de la ricine, dont le succès est grand parmi les empoisonneurs. Nous avons aussi un complice potentiel : Tybalt Torciel, qui est de la famille royale, pour faciliter la tâche, qui pourra homicider ledit valet pour éviter qu'il ne parle. Ce serait votre fille qui le mettrait dans la confidence. Si tout se passe bien, le roi ne va survivre & nous ne seront pas découvert. »

Nouvelle pause puis reprise : « Cependant, me direz-vous, il faudra prévoir la fuite de sieur Torciel & de dame Sibelle. J'y ai pensé : le bateau pour Halgaran aura deux missions officielles : porter la fiole pour le roi — mais cela aura avorté — & aller chercher le sieur Torciel qui voudrait me rencontrer & passer quelques jours à Cordouanelle ; & pour dame Sibelle, cela serait de venir voir sa chère famille, qu'elle n'a plus revu depuis plusieurs mois déjà. » Mon exposé était terminé. « Des points sur lesquels vous souhaiteriez revenir, mon seigneur ? Êtes-vous prêt à courir le risque ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MJ
Messages : 191
Date d'inscription : 29/05/2018
Allégeance : Les Anmas vous regardent.

Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit Sam 25 Aoû - 17:12
⌂ PNJ - Mirak Andores
E5 - 20, Mois 10, Semaine 3, Jour 4,
Alcantra.

Les vœux du vieux Mirak se réalisèrent – le lord de Kérizel laissa tomber sa frayeur, se montra soudain audacieux, et dévoila ses cartes ; des cartes qui firent apparaître un semblant de sourire au coin des lèvres du vieux griffon. Son regard impitoyable se releva lentement sur le seigneur.

Tuer le lion…, grinça-t-il. Votre plan n’est pas mauvais – loin de là. Et je vois que vous avez réfléchi à tout. La ricine. Voilà une bien bonne idée.

Il arqua les sourcils, son regard balayant son bureau – grandiose et fastueux, décoré d’or – mais pas assez pour lui. Il ne méritait pas ça ; il méritait une couronne, un véritable trône. Peut-être Guillaume pourrait-il lui offrir tout ceci.

Je suis prêt à prendre tous les risques pour redorer le blason des Andores. Autrefois, nous étions Rois. Et nous le serons à nouveau.

Mirak serra légèrement ses doigts autour de sa coupe de vin ; il la porta lentement à ses lèvres, en but une gorgée. Il leva un regard étrangement serein sur Guillaume.

Parlez-moi de ce Tybalt Torciel. Comment pouvez-vous être sûr qu’il se joindra à nous, qu’il ne nous trahira pas ? J’ai entendu bien des choses sur son père.

Le frère jaloux du Roi, rêvant tout comme le vieux griffon d’une couronne. Mirak eut un reniflement amusé à cette pensée. Peut-être trouveraient-ils un arrangement pour qu’Andores et branche cadette des Torciel aient chacun accès à l’objet de leurs désirs. Peu importait, dans l’instant ; il fallait d’abord achever le vieux Roi.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihilium-rpg.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Message [PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel) ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
[PNJ] Le Remède pour le roi (ac. Guillaume de Kérizel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La compatibilité amoureuse de vos personnages
» Sybille vient pour le traitement {PV Guillaume
» Les plantes médicinales.
» Hier Bhl chez Guillaume Durand
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihilium :: Nihilium :: Arcadia :: Alcantra-
Sauter vers: