AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Sibelle Andores
ac : Diane Kruger
Messages : 383
Date d'inscription : 03/06/2018
Surnom : La Rose d'Alcantra, L'épine d'Arcadia, Colombe, Sib...
Mariage : Célibataire
Age : 18 ans
Métier/Titres : Lady d'Alcantra ⌂ Dame d'atour de la Reine Janna ⌂ Disciple d'Ashir
Allégeance : Officiellement, à sa famille. Officieusement... elle s'aime plus que quiconque.

Message [Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel) ♦ écrit Sam 16 Juin - 14:52
Serres et Griffes

E5 – 17, Mois 8, Semaine 2, Jour 1

Nous devrions nous arrêter, proposa Walden.

Les yeux clairs de Sibelle se posèrent sur le ciel, où le soleil déclinait lentement. Elle hocha alors lentement la tête. Plus loin sur le chemin, une colonne de fumée indiquait ce qui devait être un village. Sans demander son reste, la belle pressa un peu plus les flancs de sa monture pour l’emmener vers la bourgade, ses chevaliers la suivant sans un mot.

Ils galopaient tranquillement vers le village, où devait sans doute se trouver une auberge. Ils n’étaient pas en Halgaran pour rien ; Sibelle avait été missionnée par son père, devant se rendre à Mirandir afin de rencontrer lord Mesan et tenter d’obtenir de lui un traité commercial – Mirandir était un endroit parfait pour installer un péage entre Halgaran et le nord de Rouge-Terre. C’était Sibelle qui avait proposé cela à son père, et il avait apprécié l’idée. Elle avait également proposé de profiter d’un tournoi ayant lieu chez lord Mesan pour l’approcher plus aisément, lui offrant là un moyen de rembourser ce qu’il aurait dépensé. De plus, les terres d’Halgaran manquaient de minerais et de bois, des ressources que les Andores pouvaient aisément leur offrir.

Lorsqu’ils furent proches du village, ils ralentirent et reprirent le pas. Sibelle rabattit sur ses cheveux le capuchon de sa grande cape marquée du griffon des Andores ; lorsqu’ils n’étaient pas dans la demeure d’un noble, elle préférait se couvrir que de s’exposer à d’éventuels pauvres en colère après les nobles.
Certains ne supportaient pas de contempler la richesse et la gloire de certains.

Nous passerons la nuit ici, annonça Sibelle.

Les chevaliers acquiescèrent. Il était rare qu’ils contestent ses décisions. Mirak les avait choisis pour leur loyauté et leur capacité à combattre. Des combattants aguerris, pour sûr. Ils laissèrent leurs chevaux dans l’écurie qui se trouvait à côté de l’auberge, et entrèrent dans l’auberge.

L’endroit était austère et bien misérable pour une dame de son rang – Angmar se pencha vers elle pour lui proposer d’aller à un village plus grand, de trouver une auberge plus noble. Sibelle lui adressa un simple geste de la main, lui indiquant que cela suffirait. Elle envoya Darion commander à boire et à manger pour toute la troupe, lui donnant une bourse remplie de pièces pour payer.

Elle alla s’installer à une table au fond de la salle, regardant en coin les quelques hommes qui l’observaient avec trop de curiosité. Avec le tournoi qui aurait lieu deux jours plus tard à seulement une journée d’ici, tous devaient bien comprendre qu’elle n’était pas n’importe qui – plus encore tandis qu’elle arborait fièrement le griffon rouge de sa maison.

Mon père m’a dit que vous jouterez dans deux jours, dit-elle en se tournant vers Morello.

De tous, il était le moins sérieux. Mais il était également le mieux né ; second fils de lord Afrond, celui-ci était le frère de Janelle – ce n’était pas rien. L’ancien lord Afrond était déjà un grand seigneur avant que sa fille n’épouse Symon Andores ; mais lorsque cette union fut célébrée, Janelle apporta à son père et sa famille une gloire immense.

En effet, ma dame. Je me dois de servir les intérêts de ma famille. Si je venais à gagner ce tournoi, j’apporterais pour sûr gloire aux Afrond.

Elle inclina la tête, un sourire léger coulant sur ses lèvres.

Puissiez-vous le remporter, alors. A moins que Symon ne le fasse.
Symon ?, demanda Rogenard avec étonnement. Votre frère ?
Il sera présent, m’a-t-on dit. Mais monsieur n’a pas souhaité faire la route avec sa très chère sœur.

Son sourire se fit plus mièvre. Au même moment, Darion revint accompagné de l’aubergiste, qui leur servit d’abord à boire avant de retourner en cuisines, promettant de revenir rapidement. Sibelle regarda ce que son chevalier avait bien pu dégoter là comme boisson.

Un cru de Port-Noble, dit-elle en haussant les sourcils. Étonnant qu’on en trouve jusqu’ici. Ce n’est pas un vin trop mauvais.
Rien ne vaut les grands crus d’Arcadia, dit Darion avec un  sourire en coin. Mais ils n’en avaient pas.
Peu importe. Ça fera très bien l’affaire.

Elle se servit une coupe, la portant alors à ses lèvres qu’elle plongea dans le doux nectar. Elle eut un sourire appréciateur. Ses yeux balayèrent la pièce avec curiosité ; d’autres nobles s’étaient-ils arrêtés ici pour la nuit ? Elle avait bien l’impression que non. Et les regards, partagés entre curiosité et un certain mépris, se faisaient plus oppressants. Elle siffla, fronçant les sourcils et détournant le regard pour le poser sur Angmar, dont la présence la rassurait particulièrement.

Ça ne va pas, Sibelle ?, demanda-t-il.

Elle accueillit sa phrase avec un sourire appréciateur – malgré son désir d’être Reine, d’être grande – plus qu’elle ne l’était déjà –, elle appréciait que certains la traitent avec un peu plus de simplicité. Angmar, de la troupe, était le seul à ne presque jamais se confondre en formules de politesse abusives. Elle lui en était très reconnaissante. Elle inclina doucement la tête.

Veillez juste à ce que personne ne tente quoi que ce soit contre moi.

Angmar tourna lentement les yeux vers une table proche de la leur, où un homme sans doute saoul la fixait d’un air presque lubrique. Ce n’était pas du désir quant à son argent – pour son plus grand malheur. Dans un geste préventif, Angmar posa sa main sur le pommeau de son épée – les autres gardes de Sibelle l’imitèrent.
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Sibelle Andores le Dim 17 Juin - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Tybalt Torciel
ac : Jared Leto
Messages : 36
Date d'inscription : 04/06/2018
Loué les rois :
Surnom : Le lion noir
Mariage : Célibataire
Age : 24 ans
Métier/Titres : Prince de la couronne royale, chevalier au blason sombre
Allégeance : La maison Torciel pour l'officiel. Il ne croit qu'en lui

Message [Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel) ♦ écrit Sam 16 Juin - 17:04


   

   
Serres et Griffes

   
Sybelle & Tybalt

   
Ainsi le faucon s'envole dans un ciel griffé d'étoile. Le lion y a marqué sa terre et il rugit des mains d'autre sur les plumes tâchées de noir | Thème

   
Il avançait jusqu'à son destin sans même penser que ce dernier l'attendrait entre les sombres murs d'une taverne. Il riait, il cavalait et il buvait. La route depuis Port Royal jusqu'au tournois était longue mais Tybalt n'était pas seul. L'accompagnait des hommes qui avaient gagné son amitié en même temps que sa compagnie. Le chevalier conversait en menant sa monture, le flot entre ses doigts semblant si court. Son étalon à la robe bai semblait s'embrasser sous le soleil et se guider seul, sans que son cavalier n'eut besoin de bouger le plus petit doigt. Le prince avait apprit à monter alors qu'il était si jeune et se plaisait dans des galops qui lui offrait un sentiment de liberté bien feint. Il ne pouvait pas en compagnie de ses hommes. Il ne pouvait pas alors que tant de chemin l'attendait. Il ne put empêcher un rire alors qu'il sentait le soir tomber et qu'il mettait sa monture au petit trot, prenant la direction d'une auberge qu'il savait sur le chemin. Le lion se rendait à un tournois, les poches remplies d'or et une chevalière au doigt qui lui ouvrait toutes les portes. Si Tybalt ne ressemblait à un Torciel de part ses cheveux trop bruns et son visage presque trop féminin, il se comportait comme l'héritier qu'il ne serait jamais. Dans ses veines roulait un sang bleu qui aurait du lui offrir un trône.

Mais Tybalt gardait son sourire alors qu'il mettait pied à terre, ses pensées de rébellion bien lointaine en cette soirée.  Il était encore tôt lorsque les hommes de peuple qui l'accompagnaient décidèrent d'organiser un micro tournois dans l'arrière cours de l'auberge. Le lion se fit juge, jurant à qui voulait bien l'entendre qu'il n'avait besoin de croiser le fer avec ses hommes pour qu'ils sachent qui de tous étaient le plus grand guerrier. Sur les rires et les exclamations du peuple, il fini pourtant par se prêter à un jeu bien trop théâtralisé. Lucas avait fait des progrès, il ne pouvait lui enlever et l'ancien voleur lui donna bien du fil à retordre alors qu'il parait, esquivait et jouait des attaques du lion. Les sourcils de ce dernier se froncèrent alors qu'il attaqua pour de bon. Et, lorsque sa lame se glissa sous la gorge de son compagnon de route, il laissa éclater son plus beau sourire.

Victoire. Encore une fois.

C'est sur les bougonnements de Lucas que les hommes rentrèrent alors que Tybalt riait encore. Ils avaient toute la soirée pour rire, séduire et boire. Surtout boire. Le lion aimait la bière et, s'il ne voulait choquer la belle population de Port Royal quand il était chez lui, il aimait les femmes plus encore que l'ambrée. Les compères choisirent une table, un repas de seigneur et se perdirent dans des conversations que le prince ne pouvait avoir qu'avec ceux qui lui étaient le plus proche. A rêver du monde, de la vie et de la liberté qu'ils volaient à chaque jours que les Dieux créaient. Ils riaient peut-être un peu fort et Tybalt prit une nouvelle gorgée de bière dont il essuya les restes dans sa barbe naissante d'un revers de la main. Il n'avait pas l'air d'un noble, encore moins d'un prince et ses riches vêtements étaient cachés. Pas qu'il craigne une quelconque attaque. Juste qu'il préférait le rôle de bon vivant que seule l'épée à sa ceinture venait cacher. On aurait pu le prendre pour un chevalier sans le sous mettant son arme au service du moindre noble si sa chevalière ne le trahissait. Tout sourire, le lion éclata de rire aux mots de Lucas sur les courbes de la serveuse.

Jusqu'à ce que ses yeux soient attirés par des courbes plus charmantes encore. Il mit un coup de coude à Lucas, jetant l'attention du voleur sur la belle qui faisait presque tâche dans le paysage. Vu sa peau et ses traits, Tybalt aurait mit sa main à couper qu'elle était noble. 10 lions d'or et une bière que t'arrive pas à voler son coeur. Le sourire que lui renvoya Lucas voulait tout dire. Le lion reporta sa bière à ses lèvres en voyant son ami se lever. Le spectacle allait en valoir le détours.

J'crois qu'on t'as jamais apprit à regarder une demoiselle correctement toi. gronda Lucas en direction d'un homme bien trop soûle qui fut piqué dans son orgueil et releva son visage en direction du voleur. J't'é pas causé toi. Le mot était peut-être de trop. Ou alors c'était l'homme qui s'était relevé -sans rien casser par les forces du hasard- et défiait Lucas. Le voleur réagit trop vite, envoyant son poing dans le visage tanné et le dépossédant d'une dent au passage. Le silence se fit. Durant une seconde. Avant qu'un homme insulte celui avait qui il jouait aux cartes et que la bataille se lance. De l'alcool et des coups. Voilà de quoi plaire à la population trop peu éduquée de la taverne.

Tybalt souriait toujours, moqueur alors qu'il voyait Lucas jurer et essuyer sa joue qui venait de prendre un coup. Le lion ne voulait pas se mêler à la bataille jusqu'à ce qu'une main s’échoue sur son torse, lui faisait écarquiller les yeux. T'aurais pas dû. Il n'eut besoin de se défendre que tous ceux de sa table bondissait pour se jeter dans la bataille et qu'il échappait souplement aux poings qui semblaient voler de toute part. Son regard se glissa jusqu'à la table de la demoiselle et, se frayant un chemin à travers les soldats et les pouilleux qui se disputaient une raison dont le prince n'avait conscience, il la trouva et tendit sa main.

Pardonnez-les madame. Ce n'est un lieu pour une demoiselle comme vous, vous devriez vous mettre à l'abri.

Tybalt avait gardé un air sérieux, loin du sourire charmeur et de l'air avenant. Il avait tendu la main non baguée, laissant son identité encore inconnue. Juste l'épée à son côté pouvait témoigner de la richesse de son âme et de son rang. Au moins chevalier. Le reste n'était que des détails.


 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sibelle Andores
ac : Diane Kruger
Messages : 383
Date d'inscription : 03/06/2018
Surnom : La Rose d'Alcantra, L'épine d'Arcadia, Colombe, Sib...
Mariage : Célibataire
Age : 18 ans
Métier/Titres : Lady d'Alcantra ⌂ Dame d'atour de la Reine Janna ⌂ Disciple d'Ashir
Allégeance : Officiellement, à sa famille. Officieusement... elle s'aime plus que quiconque.

Message [Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel) ♦ écrit Sam 16 Juin - 20:34
Serres et Griffes

E5 – 17, Mois 8, Semaine 2, Jour 1

Un autre homme s’avança vers leur table. Sibelle se raidit, le voyant s’approcher. Du coin de l’œil, elle aperçut Angmar qui se redressa brusquement, sa main empoignant le pommeau de son épée, prêt à dégainer. Elle fronça les sourcils.

J’crois qu’on t’a jamais appris à regarder une demoiselle correctement toi.

Sibelle se tut en observant curieusement l’homme au regard lubrique, à la table d’à côté, se faisant sermonner par celui qui s’était levé. Tous deux se retrouvèrent rapidement debout l’un face à l’autre, une lueur de défi embrasant leurs yeux. Le premier – celui qui l’avait étrangement défendue – envoya son poing dans le visage de l’homme saoul. La belle entrouvrit la bouche, cherchant probablement à comprendre ce qu’il se passait – elle abandonna rapidement l’idée, ses lèvres se pinçant alors tandis qu’elle détournait le regard avec agacement.

L’auberge était soudain devenue silencieuse – mais ce fut de courte durée. Rapidement, tous les hommes présents commencèrent à s’exciter et les coups fusèrent de toute part. L’endroit était en proie à un inexplicable chaos. Plongeant son visage entre ses mains, Sibelle expira lentement.

Souhaitez-vous que l’on s’en aille, ma dame ?, demanda Morello.
Nous pouvons aussi calmer tous ces gueux, siffla Rogenard avec un sourire en coin.

Sibelle leva une main vers eux, son regard se fit autoritaire mais sa voix resta douce.

Ce n’est pas la peine. Ils finiront bien par se calmer.

Alors qu’elle reprenait calmement son verre, se disant que ce vin lui permettrait sans doute d’oublier le vacarme et le désordre autour d’elle, une main se tendit sous ses yeux. Elle leva lentement ses pupilles trop claires vers un homme qui n’avait que peu de talent concernant l’art de se cacher. Un piètre comédien. Mais un bien beau comédien ; le regard d’un bleu profond, les cheveux d’un noir corbeau, un charme terrible – encore un séducteur tentant de lui voler son cœur, certainement. Ou peut-être espérait-il lui arracher sa vertu – qu’il essaye ; elle ne l’avait déjà plus. Intriguée par cet homme qui lui mentait avant même de prononcer un mot, elle arqua un sourcil.

L’homme avait une bien belle épée à sa ceinture, et s’exprimait comme un seigneur – pour sûr, il était de haute noblesse. Elle vit alors ses cinq chevaliers se levant, la main sur le pommeau de leur épée. Elle se leva à son tour, voyant Angmar commencer à dégainer.

Angmar, dit-elle simplement avant de tourner totalement son regard vers le chevalier. Elle avait beau sentir quelque chose de faux en lui, elle devait avouer avoir bien envie d’échapper au triste spectacle des lieux. Plaquant à ses lèvres un maigre sourire, on pouvait lire dans ses yeux une inquiétude des plus réalistes. Je vous remercie, messire.

Elle prit cette main tendue entre les siennes et se laissa guider près de cet homme. Lorsqu’elle se tint auprès de lui, elle regarda Angmar dans les yeux – ses yeux sombres étaient alors emplis d’envie, comme une forme de jalousie. Elle lui sourit pourtant délicatement, son regard lui transmettant un message : qu’il ne s’inquiète pas – Janelle lui avait appris à toujours garder une dague sur elle.

Tentez de ramener l’ordre par ici, leur intima-t-elle. Et ne soyez pas blessés.

Disant cela, elle posa un regard soucieux sur Angmar – il était évident que de ses chevaliers, il était son préféré. Celui dont elle se souciait toujours, celui qu’elle emmenait toujours avec elle. Elle ne voulait pas qu’il arrive quoi que ce soit à ses gardes – mais surtout pas à lui.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Tybalt Torciel
ac : Jared Leto
Messages : 36
Date d'inscription : 04/06/2018
Loué les rois :
Surnom : Le lion noir
Mariage : Célibataire
Age : 24 ans
Métier/Titres : Prince de la couronne royale, chevalier au blason sombre
Allégeance : La maison Torciel pour l'officiel. Il ne croit qu'en lui

Message [Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel) ♦ écrit Ven 6 Juil - 20:46


   

   
Serres et Griffes

   
Sybelle & Tybalt

   
Ainsi le faucon s'envole dans un ciel griffé d'étoile. Le lion y a marqué sa terre et il rugit des mains d'autre sur les plumes tâchées de noir | Thème

   
La réaction des cinq chevaliers ne pouvaient tromper le lion noir. Les femmes avaient beau être des créatures faibles, elles n'étaient normalement accompagnées d'autant d'homme sensés assurer leur sécurité. Celle à qui il avait tendu la main devait être de bonne naissance. Que disait-il.... d'excellence naissance. Et en voyage très loin de chez elle, accompagnée pour une occasion sur laquelle il n'arrivait pour l'heure à mettre de nom. Il n'avait souvenir d’événements plus marquants que les autres à l'exception d'un tournois auquel une femme ne pouvait se rendre sans l'ombre rassurante d'un père ou d'un époux. La belle était peut-être dans l'une des deux catégories. A moins que son sourire n'est encore attiré aucune créature dans ses filets. Tybalt n'était pas un idiot et savait parfaitement qu'un sous estimait plus qu'à notre tour les femmes. Elles avaient entre leurs larmes et leurs corps des pouvoirs bien plus violents qu'une simple lame d'épée. Le visage, trop avenant de la belle, pouvait faire sombrer de multiple homme en mal d'amour sans même qu'elle n'essaye.

Il prit pourtant sa main, accrochant à ses propres lèvres un sourire doux qui n'était qu'une ombre face à ses vrais regards lorsqu'il tentait de séduire. Le paris allait être perdu par Lucas, que le roturier le veuille ou non. Tybalt avait eu bien des années à la cour pour s’entraîner à la séduction, pour faire tomber dans son lit des princesses jurant qu'elles garderaient leur vertu. Oh, bien entendu, il s'était lassé des nobles trop prudes et trop fragiles qui se croyaient maîtresses de son coeur sitôt passées dans ses draps. Les oies blanches avaient un charme, il n'était personne pour dire l'inverse. Mais les belles connaissant les corps plus encore. Il préférait la souplesse du jeune roseau à l'aigreur du chêne entre ses reins. Et garda ses pensées secrètes alors qu'il attrapait la jalousie dans le regard d'un des gardes. Si la femme n'avait été présente, Tybalt se serait très certainement tendu d'une remarque amusée et bien trop arrogante. Mais son orgueil n'était pas son instrument de séduction préféré, bien au contraire. A trop dire qu'il était - et se savait - beau, le prince avait perdu quelques nuits de plaisir autrefois. Hors de question qu'il réitère.

Suivez moi. lança-t-il, sans lâcher sa main et sans plus un regard pour les hommes qui l'entourait.

La belle était peut-être un peu folle de se lancer ainsi dans la gueule du loup. Il aurait pu être n'importe quel barbare cherchant à l'enlever et à profiter de sa vertu. Simple pensée qui fit sourire Tybalt alors qu'il se frayait un chemin en longeant les murs de la taverne, évitant les soûlards et la rixe que les propres hommes du lion noir avaient crée. Lucas croisa son regard, une moue boudeuse sur les lèvres et envoila sa main voler dans le visage d'un inconnu par simple esprit de contradiction. Une fois de plus, le prince avait joué comme un traître à un jeu stratégique que le voleur perdait à chaque fois.

Ce dernier poussa un homme, envoya au tapis un second jusqu'à arriver à l’extérieur de la taverne. Laissant la jeune femme qui l'avait suivit passer en première, il referma la porte sur les cris et les rires à moitié honnête. Voilà de quoi le faire rire. Le combat s'était lancé trop facilement et l'alcool avait fait le reste.

Tybalt tourna alors son visage vers la jeune lady, attrapant son regard. Elle était encore plus belle sous la lumière de fin de soirées, les restes des rayons du soleil attrapant ses longs filets blonds pour mieux les illuminer. Son minois avait pu plaire à Lucas.... mais il ne laissa pas non plus indifférent le lion. L'inconnue était jolie et tout, de sa posture jusqu'à sa peau prouvait son ascendance noble.

Vous êtes bien courageuse de m'avoir suivie sans la protection de vos gardes du corps.... Courageuse ou imprudente même. J'aurais pu être n'importe quel imbécile mal attentionné.

Il avait mit son sourire et son rire dans les mots qu'il soufflait, ses lèvres presque aussi moqueuses que son regard d'océan. Portant une main à son coeur, il ne lâcha ses yeux avant d'ajouter.

Mais je perds tout soucis des convenances dès qu'il s'agit de sortir une jolie dame du pétrin. Tybalt Torciel.

Inclinant légèrement son buste, le prince laissa quelque mèches de sa chevelure de jais glisser contre sa joue barbue. S'il aurait voulu joué sur l'inconnu sans même souffler son nom, l'identité de la belle l'intriguait suffisamment. Son patronyme royal était une clé bien trop facile pour s'ouvrir n'importe quelles cuisses. Il l'utilisait ce soir seulement pour quelque réponse concernant une dame qui ne pouvait qu'être inférieure en rang et en noblesse à sa petite personne.
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sibelle Andores
ac : Diane Kruger
Messages : 383
Date d'inscription : 03/06/2018
Surnom : La Rose d'Alcantra, L'épine d'Arcadia, Colombe, Sib...
Mariage : Célibataire
Age : 18 ans
Métier/Titres : Lady d'Alcantra ⌂ Dame d'atour de la Reine Janna ⌂ Disciple d'Ashir
Allégeance : Officiellement, à sa famille. Officieusement... elle s'aime plus que quiconque.

Message [Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel) ♦ écrit Ven 6 Juil - 21:27
Serres et Griffes
E5 – 17, Mois 8, Semaine 2, Jour 1

Par des gestes habiles et quelques bousculades, le menteur se cachant derrière le visage d’un chevalier blanc parvint à les amener jusqu’à la sortie. Sibelle lui sourit en poussant la porte, s’extirpant du chaos qui s’était saisi de l’auberge avec un soupir soulagé. Elle n’était pas inquiète pour sa vie ; elle savait que les chevaliers qui l’accompagnaient étaient parmi les meilleurs d’Arcadia, et qu’ils avaient juré de donner leur vie pour elle pour assurer sa protection.

Tandis que son mystérieux sauveur refermait la porte, la belle tira des plis de sa robe la dague qu’elle gardait toujours sur elle, la tenant doucement par la lame pour qu’elle reste bien cachée sous la large manche de sa robe. Il tourna alors son regard vers elle, et elle en saisit la beauté – pourtant, loin d’être naïve, elle se fia plus à ses paroles qu’à son regard envoûtant.

Vous êtes bien courageuse de m’avoir suivie sans la protection de vos gardes du corps… Courage ou imprudente même. J’aurais pu être n’importe quel imbécile mal attentionné.

Elle eut soudain un sourire en coin ; laissant glisser la dague entre ses doigts pour la rattraper par le pommeau, elle resserra ses doigts autour de l’arme – elle n’avait pas peur. Elle n’avait jamais peur. Mais elle n’était pas une idiote.

Mais je perds tout soucis des convenances dès qu’il s’agit de sortir une jolie dame du pétrin. Tybalt Torciel.

Il s’inclina à peine, et Sibelle resta de marbre. Elle le jaugea du regard pendant quelques secondes, cherchant une quelconque trace de mensonge. Se faire passer pour un prince était un crime impardonnable aux yeux des Torciel. Arquant un sourcil, elle décida de briser là son mutisme.

Qui me dit que vous ne mentez pas ?

Elle se doutait bien qu’il ne mentait bien – il était, évidemment, noble. Et aucun noble, à sa connaissance, ne serait assez idiot pour emprunter le nom d’un prince. Et pourtant, elle le salua d’un geste – pas une révérence, comme le voulait l’étiquette, mas un hochement de tête – de ceux qu’elle offrait à ceux qui n’étaient pas de sa condition, tous ces êtres inférieurs qui se sentaient puissants alors qu’à l’évidence, elle l’était bien plus.

Je suis Sibelle Andores.

Son ton était sec, et contrairement aux minutes précédentes, son visage n’avait plus rien de celui de la biche effrayée qu’elle était dans l’auberge. Le regard anxieux n’était qu’un souvenir, faisant place à un regard froid – et son maigre sourire, tant reconnaissant qu’inquiet, avait fait place à un sourire orgueilleux et méprisant.
Il était un prince, mais elle était la fille de Mirak. Il était connu pour compter parmi les personnalités les plus influentes mais aussi les plus dangereuses de Nihilium. Nul n’osait le défier ; il dominait le commerce du Royaume, et était craint de tous.

Pourquoi m’avoir aidée ? J’étais entourée de cinq des meilleurs chevaliers d’Arcadia, j’aurais très bien pu m’en sortir seule. Elle leva les yeux au ciel. Surtout que c’est votre ami qui a causé tout ça.

Elle jeta d’ailleurs un coup d’œil à la taverne, espérant que sa garde se porte bien. Ses pensées se tournèrent un instant vers Angmar, son plus proche ami – priant Ashir qu’il ne lui arrive rien.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Message [Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel) ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
[Sur les routes] [FB] Serres et Griffes (pv Tybalt Torciel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» Griffes de combat et sorcier skaven
» Délaisse les grandes routes, prends les sentiers » __ Noah L. Butler [100%]
» LES SERRES D'AUTEUIL (entre la Porte d'Auteuil et le bois de Boulougne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nihilium :: Nihilium :: Halgaran-
Sauter vers: